De que se dis / Li Liame / Libre / Mounte aprene / Noste village / Noste assouciacioun / Sant Jaume

  Apiejas sus li foto

SanT Chamas aro *

Sant Chamas aro

3 Lou Port (Jouseto) *

aroa

7 Avengudo di 53 (Giselo) *

aro

a

SanT Chamas aièr *

Sant Chamas a

4 Carriero de la foundarié (Susano) *

avuei

8 Li Ferràgi (Andrieu) *

aro

a

2 Carriero de Jan-Jaume Rousseau (Roubert) *

Jan jaume vuei

a

5 Lis Iero (Ugueto) *

vuei

a

9 Nosto Damo de la Misericòrdi (Ivouno) *

aro

a

1 Balouard Joliot-Curie (1) (Luciano) *

vuei

a

6 Carriero de la Fraternita (Eimoundo) *

vueia

10 Balouard Joliot-Curie (2) (Mariso) *

aro

a

11 Carriero Hoche (Danielo) *

vuei

a

12 Campagno l'americano (Felipe) *

vuei

a

Lou mistrau e lis àutri vènt *

Balouard Joliot Curie (Luciano) 9

 

 

Reste au dès dóu balouard JOLIOT CURIE: èro passa-tems lou camin di poudro.

La Poudriero de Sant-Chamas fuguè pendènt forço siècle la majouralo ativeta dóu vilage.

En 1880 fuguè decida que tóuti li poudro e municioun à destinacioun de la Corso e de l'Algerìo sarien embarcado au port de Sant-Chamas .

 

Vivo lagno de la poupulacioun d'aquéu tèms lou trafi de barriéu de poudro èro intense. Li carreto lourdamen cargado e souvènti fes noun tendado travessavon lou vilage en brandant dangeirousamen subre li calado menant au port.

 

Li pescadou e li ribieren èron peginous que li chaland (sicelando ) carga de poudro restavon forco tèms à quèi : un risque dis espés estavo sèmpre poussible.

Finalamen après de noumbróusi acampado entre lou conse " Sarnegue ", l'usino e li poudé publi, fuguè decida de basti un embarcadou au quartié Veirane. Lou camin d'acès en aquéu embarcadou èro lou camin dóu valat di vigno que fuguè pèr tout lou vilage lou camin di poudro.

 

 

Moun oustau fuguè basti subre li foundacioun di cantounage militàri de la guerro de 14/18 pèr recata li moubilisa que travaiavon à la Poudriero.

J'habite au 10 du boulevard Joliot-Curie: c'était autrefois le chemin de la poudre.

La poudrerie de Saint Chamas fut pendant plusieurs siècles l'activité principale du village.

En 1880, il fut décidé que toutes les poudres et les munitions à destination de la Corse et de l'Algérie seraient embarquées au port de Saint Chamas.

Vive inquiétude de la population de ce temps, le trafic des barils était intense. Les charrettes lourdement chargées et souvent non couvertes traversaient le village en bougeant dangereusement sur les rues empierrées menant au port.

Les pêcheurs et les riverains mécontents car les chalands (barques non pontées) chargés de poudre restaient longtemps à quai: le risque était important. Finalement après de nombreuses réunions entre le maire "Sarnègue", l'usine et les pouvoirs publics, il fut décidé de construire un embarcadère au quartier Veirane. Le chemin d'accès à cet embarcadère était le chemin du ruisseau des vignes qui fut pour tout le village le chemin des Poudres.

Ma maison fut bâtie sur les fondations des cantonnements militaires de la guerre de 14/18 qui abritaient les mobilisés travaillant à la Poudrerie.

 

LUCIANO

Carriero de Jan-Jaume Rousseau Roubert 9

 

Lou noum de ma carriero es Jan-Jaume Rousseau. Perqué?

Escrivan e filousofe, es na en 1712 e mort en 1778.

Soun paire èro relougié e sa maire mouriguè à sa neissènço.

Soun enfanço es malurouso. En age de travaia Rousseau fai divers mestié meme lacai.

Counèis alor Madamo de Warens que, aguènt quita soun ome, devèn sa mestresso. Es urous e Madamo de Warens ié logo la prouprieta di " Charmettes " proche de Chamberi. ‘mé sa mestresso s'estruis forço bèn. Quito Madamo de Warens qu'a pres un autre amant, s'establis à Paris e devèn celebre en 1750. En 1756 devèn l'amant de Madamo d'Epinay mai se bourroulon.

Si principàlis obro soun:

  • L'Amièi o tratat de l'educacioun (1762)
  • La Nouvello Eloïso (1761)
  • Lou countrat souciau (1762)
  • Li Pantaido dóu permenaire soulitàri (1781)
  • Li Counfessioun (1788)

Si dos darrièris obro fuguèron publicado après sa mort.

Li darrièris annado de sa vido avié soufri d'uno miejo foulié de la persecucioun.

A mon avis soun obro la meiouro es

"LI COUNFESSIOUN ".

Le nom de ma rue est Jean-Jacques Rousseau.

Pourquoi?

Ecrivain et philosophe il est né en 1712 et mort en 1778. Son père était horloger et sa mère mourut à sa naissance.

Son enfance est malheureuse. En âge de travailler, Rousseau fait divers métiers, même laquais.

Il connaît alors Mme de Warens qui, ayant quitté son mari, devient sa maîtresse. Il est heureux et Mme de Warens lui loue la propriété des "Charmettes" proche de Chambéry. Avec sa maîtresse il s'instruit beaucoup. Il quitte Mme de Warens qui a pris un autre amant, s'établit à Paris et devient célèbre en 1750. En 1756, il devient l'amant de Mme d'Epinay mais se fâche avec elle.

Ses principales œuvres sont:

  • l'Emile ou traité de l'éducation 1762
  • La nouvelle Héloïse 1761
  • Le contrat social 1762
  • Rêves d'un promeneur solitaire 1781
  • Les confessions 1788

Ses deux dernières œuvres furent publiées après sa mort.

Les dernières années de sa vie, il avait souffert à moitié de la folie de persécution.

A mon avis sa meilleure œuvre est

"Les confessions"

ROUBERT

Lou Port Jouseto 9

 

A Sant-Chamas coumo dins mant-uno ciéuta dóu païs i'a agu dóu tèms de l’oucupacioun forço depourtacioun de vers l'Alemagno demié aquéli qu'èron depourta i' avié.

Pau Durand nascu à Berro mai vengu enfant à Sant-Chamas emé sa famiho pèr segui lou paire emplega à la Poudriero mounte tenié la founcioun de pourtié. Restavo à l'intrado dóu miejour d'aquel establimen.

Emé lis enfant dóu quartié jougavo au baloun acó l'amenè dre au " football ".

Figurè dintre li proumié jougaire de la chourmo loucalo neissènto.

Au travail lou vesian emé soun faudau de cuer, lou lignòu pega à la man pèr repara li soulié, èro lou pegot. Soun fiéu Lucian èro tout enfant quouro soun paire ié fuguè

enleva.

Lou reveguè mai après soun arrestacioun e sa depourtacioun à Dachau d’ounte revenguè pas. Es soun noum que designo la carriero mounte reste. Aquelo carriero es aquelo que meno au port.

Agroumela au Nord de la mar de Berro, lou gou de Sant-Chamas e soun port pourgisson un asile privilegia i batèu qu'aduson si carguesoun de blad, espèci, proudu d'Ouriènt que d'aqui soun adraia vers Arle e li gràndi ciéuta.

Pèr adraia vers l'Italìo lou fourrage destina is armado de Napouléoun li quèi soun counsoulida ‘mé de gros blot de pèiro.

Pèr la Poudriero lou port reçaup à l'arribado de matière premiero: sóupre, saupètro, carboun de bos..., e en partènço li poudro pèr li coulounìo e li terro liuenchenco. A la debuto dóu siècle pèr lou cargamen e lou descargamen di chalant s'istalo de vìo de camin de ferre mounte vanegon de vagoun. A l'entour d'aquéli vìo me remembre encaro de pichoun brisun de pirito de ferre escapa di descargamen que lusissien.

Nàutri lis enfant li cercavian coume de cercaire d'or.

Lou port a sèmpre esta la sousto di batèu de pesco e de plasènço.

Di barco pounchudo de nòsti ribeirés quant de pèis soun esta desbarca: de canadello, moulet, gòbi, anguielo, muge, loup, aurado, muscle, cambaro, favouio.....

E mai descoutuma de canard e de fouco que se pescavon emé di ret dins la mar.

 

 

 

 

 

Vuei sousto encaro quàuqui batèu de pesco mai de noumbrous batèu de plasènço soun amarra au port dóu gourg.

Siéu sèmpre meravihado lou matin quouro au jour vese li barco se mira dins sis aigo tranquilo.

A Saint Chamas comme dans maintes cités du pays, il y a eu au temps de l'occupation beaucoup de Déportés vers l'Allemagne.

Paul Durand est né à Berre mais est venu enfant à Saint Chamas avec sa famille pour suivre le père employé comme portier à la Poudrerie. Il habitait à l'entrée Sud de l'établissement.

Avec les enfants du quartier, il jouait au ballon. Cela l'amena tout droit au football.

Il fut l'un des premiers à jouer dans l'équipe locale naissante.

Au travail, nous le voyions avec son tablier de cuir, le ligneul poisseux à la main pour réparer les chaussures, c'était le cordonnier. Son fils Lucien était tout enfant quand son père lui fut enlevé.

Il ne le revit plus après son arrestation et sa déportation à Dachau d'où il ne revint pas. C'est son nom qui désigne la rue où j'habite. Cette rue est celle qui mène au Port.

Regroupés au Nord de l'Etang de Berre, le Golfe de Saint Chamas et son port prodigaient un asile privilégié aux bateaux qui amenaient leur cargaison de blé, épices, produits d'Orient qui partaient ensuite vers Arles et les grandes villes. Pour amener vers l'Italie le fourrage destiné aux Armées de Napoléon, les quais furent consolidés avec de gros blocs de pierre.

Pour la poudrerie, le port recevait les matières premières: soufre, salpêtre, charbon de bois… et exportait les poudres vers les colonies et les terres lointaines. Au début du siècle, pour le chargement et le déchargement des chalands, on construisit une voie ferrée dont les wagons arrivaient au port. Auprès de ces voies, je me souviens encore des morceaux de pyrite qui luisaient.

Nous les enfants nous les cherchions comme si nous étions des orpailleurs. Le port a toujours été le hâvre des bateaux de pêche et de plaisance.

Des barques pointues de nos rivages quand le poisson était débarqué: canadelles, mulets, gobis, anguilles, loups, daurades, moules, gambas, favouilles… Les canards et les foulques se pêchaient pris dans les filets calés dans l'Etang.

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, encore quelques bateaux de pêche et plus encore de bateaux de plaisance s'amarrent au port du "Gourg".

Je suis toujours émerveillée, le matin, au point du jour, lorsque je vois les barques se mirer dans les eaux calmes du port.

JOUSETO

Carriero de la foundarié Susano 9

 

Reste dins lou quartié que ié dison " lou dela " perqué es de l'autro man di colo que segnourejon lou port qu'estavo à la debuto dóu vilage.

La carriero mounte es moun oustau s'apelavo " Camin d'Arle " à sa debuto siècle XVII. Tóuti li gent e tóuti li carreto passavon pèr aqui pèr ana devers Miramas e Arle (tambèn lis oustau èron proutegi pèr de pèiro de cantoun que se vèson encaro) fin que fuguè perçado pèr lou travers dis oustau, la carriero qu'an noumado " routo de Miramas pièi carriero Hoche en 1870 "

Aro lou camin d'Arle se dis carriero de la Foundarié perdequé i'aguè dins lis annado anciano uno usino que travaiavo li metau. Aquesto usino fuguè barrado quouro li prouprietàri soun ana crea à Marsiho " lis ataié Terrin " .

Acò es liuen ……quouro en 1920 i' aguè plus de vestige de metau, un lachié croumpè li bastimen, ié boutavo de vaco dins un, de chivau dins un autre, pièi dins lis autre lou materiau e lou fen, e s'istalavo ‘mé si gent dins l'oustau.

Li vaco coumo la foundarié an ges de plaço dins un vilage tout acò es barra.

Li veituro an remplaça li chivau e li clascon, lou bramadis di vaco e lou brut dóu martelage, resto que lou noum ….

J'habite dans le quartier dit "le Delà" qui se trouve de l'autre côté des collines dominant le Port lequel était le premier quartier du village.

La rue où est située ma maison s'appelait "chemin d'Arles" à ses débuts. Au XVIIème siècle, toutes les charrettes et les gens passaient par là pour se rendre à Miramas et à Arles (les maisons sont encore protégées par des pierres d'angle qui existent encore) jusqu'à ce que soit percée, à travers les maisons existantes, la route appelée route de Miramas et depuis 1870 rue Hoche.

Maintenant le chemin d'Arles s'appelle rue de la Fonderie parce que dans l'ancien temps, il y avait une usine qui travaillait les métaux. Cette usine fut fermée quand la propriétaire est allée s'installer à Marseille pour y fonder les "Ateliers Terrin".

Dans les années 1920, un laitier a acheté les bâtiments. Dans un, il a mis les vaches, dans une autre les chevaux, le matériel et le foin dans les autres, tandis qu'il s'est installé avec sa famille dans la maison.

 

Les vaches comme la fonderie n'ont plus de place dans le village, tout est fermé et les automobiles ont remplacé les chevaux et les klaxons le meuglement des vaches et le bruit du martelage, il ne reste que le nom…

 

SUSANO.

Lis Iero ugueto 9

 

Lou quartié dis iero, moun quartié, despièi lou 25 de Desèmbre de 1935, es situa au miejour dóu vilage de Sant-Chamas, en bourdaduro de l'ancian camin de Marsiho rebateja Avengudo Enri Barbusse.

Lou sòu dis iero èro coumpausa de roucaredo plato.

Jusqu'à la segoundo guerro moundialo lis agricultour venguèron l'estiéu ié cauca : blad, òrdi, civado.

De chivau tirant un roulèu de pèire que destacavo lou gran dis espigo viravon à l'entour d'un piquet tanca au mitan dis iero. Li gran èron plaça dins de saco e li pastre recoubravon li pecou pèr lou paiun di moutoun.

Vuei lis iero an despareigu souto lou betum. Li chivau soun ramplaça pèr de meissouniero baterello e soul lou noum dóu quartié sussisto pèr remembra uno epoco qu’avié forço chalun pèr l'enfant qu'ère e n'en counserve lou dous souveni dins moun cor d'adulte.

 

Le quartier des Aires, mon quartier depuis le 25 Décembre 1935 est situé au sud du village de Saint Chamas en bordure de l'ancien chemin de Marseille, rebaptisé avenue Henri Barbusse.

Le sol des Aires était composé de pierres plates.

Jusqu'à la deuxième guerre mondiale les agriculteurs venaient, l'été, fouler leur blé, orge, avoine.

Des chevaux, tirant un rouleau en pierre qui détachait les grains, tournaient autour d'un piquet planté au centre des Aires. Les grains étaient placés dans des sacs et les bergers récupéraient les tiges pour pailler les moutons.

Aujourd'hui, les Aires ont disparu sous le béton, les chevaux ont été remplacés par les moissonneuses-batteuses et seul le nom du quartier subsiste rappelant une époque qui avait beaucoup de charme pour l'enfant que j'étais et dont je conserve le souvenir dans mon cœur d'adulte.

 

UGUETO.

Carriero de la Fraternita Eimoundo 9

 

l' a uno cinquanteno d'annado, quouro siéu vengudo me recata dins lou caire dóu Pertus la carriero coumtavo 20 coumerço, èro forço animado.

Li gènt vivien lis un pèr lis autre s'entre-ajudavon subretout quouro la malautié o un grand malur li toucavon. Li vesin s'óucupavon dis enfant, fasien la soupo,ajudavon coume poudien. L'estiéu se retrouvavian tóuti sus lou davans dis oustau pèr prendre lou fre e charra de la journado.

 

 

L'autouno s'acampavian pèr manja lis castagno ‘mé li vesin.

Un cop encò de l'un, un cop encò de l'autre, festejavian li rèi o fasian sauta li crespo.

Pièi lou moudernisme a tout chanja. l'a agu li veituro, lou pichot escran. Se sian embarra dins lis oustau e la vido a tout trasfourma.

Aro vivèn en soulitàri i'a bessai encaro quàuquis un que vivon pèr la soucieta mai pas forço.

l'a que la carriero qu'a toujour lou meme noum carriero de la fratemita e de coumerço n'en soubro qu'un.

 

Il y a une cinquantaine d'années quand je suis venue habiter dans le quartier du Pertuis la rue comptait 20 commerces et était très animée.

Les gens vivaient les uns pour les autres, s'entraidaient, surtout lorsque la maladie ou un grand malheur les frappait. Les voisins s'occupaient des enfants, faisaient la soupe, aidaient comme ils le pouvaient. L'été nous nous retrouvions tous sur le pas des portes pour prendre le frais et parler de la journée.

En automne nous nous réunissions pour manger les châtaignes avec les voisins. Un jour chez l'un, un jour chez l'autre nous tirions les rois ou faisions sauter les crêpes.

Puis le modernisme a tout changé, il y eut les voitures et le petit écran. Nous nous sommes enfermés dans les maisons et la vie a changé.

Maintenant nous vivons en solitaires. Peut-être certains vivent-ils encore pour la société mais il n'y en a pas beaucoup.

Seule la rue porte toujours le même nom de rue de la Fraternité et de magasin il n'en reste qu'un.

EIMOUNDO

Avengudo di 53 Giselo 9

 

Sant-Chamas galant pichot vilage dóu ribeirès de l'estang de Berro a uno avengudo qu'estouno li barrulaire: AVENGUDO DI 53. Moun avengudo.... N'en veici l'istòri.

En 1936, Sant-Chamas es un vilage de 1200 abitan, envirouna de colo e garrigo óudouranto e coulourado, chale de quàuqui troupèu de cabro e de moutoun. Li dindamen di campaneto e li belamen treboulon agradablamen lou silènci de la campagno.

Mentre sus lou port li pescadou van estoura si fielet en galejant gaiamen. Aquéu vilage adounc es esta lou liò d'uno terriblo catastrofo que lou mounde entié a couneigudo.

Sis abitant vivon subre-tout au ritme de la sereno de la Poudriero naciounalo. Un establimen militàri que sa prouducioun coumpren plusiour tipe d'esplousiéu. Dins quasimen tóuti li fougau li paire e fiéu travaion dins aquelo usino situado sus uno bando de terro entre l'estang e uno colo deguènt proutegi lou vilage en cas d'esplousioun. lstalado despièi la fin dóu siècle des-e-seten fuguè agrandido au cours di siècle en coumoulant uno partido de l'estang.

Desenant cuerb 60 eitaro. Jamai d'acidènt grave,li poudrié soun fisançous. Gràci à n'elo i'a de travai pèr tóuti meme aquéli di vilage vesin en beneficion.Lis oubrié rintron e sorton, se crouson que travaion en " quart " meton uno grando animacioun dins li carriero à pèd, à bicieucleto, s'arreston à tout ouro dins li noumbróusi boulenjarié pèr ié prene li casso-crouto.

 

Lou 15 Nouvèmbre lou gàrdi vèn à l'oustau dire à moun paire de chanja de " quart " : " prendrés aquéu de 4 ouro en liogo de miejour ".

Lou 16 de Nouvèmbre moun paire pren lou " quart " de 4 ouro coume counvengu. La journado s'anóuncio bello, lou Mistrau mantèn un cèu blu e es pas fre. Lou vilage s'abrivo e prouficho dóu béu tèms. Mai vers 5 ouro manco 20 uno esplousioun terriblo, ressentido jusquà Marsiho, paraliso d'esfrai lou vilage,pièi es l'afoulimen

La Poudriero vèn de sauta.

Es lou bastimen 104 lou sèti de l'esplousioun,aqui mounte se fabrico la tolito. Justamen aqui tambèn ounte un aparei founciounavo pas trop bèn.

Ero esta signala mai d'un cop à la direicioun mai sènso seguido.Un gros nivo jaune ensournis lou cèu e uno drolo d'óudour s’escampo. Es la rounsado vers l’usino.

Uno 2è esplousioun espaventablo clantis.

De bos, de limbèu de touto meno retoumbon sus lou vilage : 53 mort e 200 blessa enviroun, quàuquis un mouriran de sequèlo de si blessaduro dins lis annado venènto. Quàsi tóuti li famiho soun estado toucado pèr aquest drame. Moun ouncle e peirin Louis Chiron es defunta dins aquéli esplousioun,.Lou gàrdi l'avié chanja de " quart " emé moun paire.

60 annado après dins li famiho lou souveni es toujour tant fort. Vaqui iéu reste Avengudo di 53 vitimo de l'esplousioun dóu 16 de Nouvèmbre de 1936.

Saint Chamas, charmant petit village du bord de l'étang de Berre a une avenue qui étonne les promeneurs: Avenue des 53. Mon avenue…En voici l'histoire

En 1936, Saint Chamas est un village de 1200 habitants, entouré de collines et de garrigues odorantes et colorées, plaisir de quelques troupeaux de chèvres et de moutons. Les tintements des clochettes et les bêlements troublent agréablement le silence de la campagne. Sur le port, les pêcheurs étendent leurs filets en plaisantant gaiement. Mais ce village a été le lieu d'une terrible catastrophe dont le monde entier a entendu parler.

Ses habitants vivent surtout au rythme de la sirène de la Poudrerie Nationale. Un établissement militaire dont la production comprend plusieurs types d'explosifs. Dans presque tous les foyers, les pères et les fils travaillent dans cette usine située sur une bande de terre entre l'étang et une colline devant protéger le village en cas d'explosion. Installée depuis la fin XVIIème siècle, elle fut agrandie au cours des siècles en comblant une partie de l'étang.

Maintenant, elle couvre 60 hectares. Jamais d'accident grave, les poudriers sont confiants. Grâce à elle, il y a du travail pour tous et même pour les villages voisins. Les ouvriers rentrent et sortent, se croisent en travaillant en "quart" et mettent une grande animation dans les rues circulant à pied ou à bicyclette, s'arrêtent à toute heure dans les nombreuses boulangeries pour y acheter les casse-croûtes.

Le 15 novembre le garde vient à la maison dire à mon père de changer de "quart":" Vous prendrez celui de 4h à midi"

Le 16 Novembre, mon père prend le "quart" de 4h comme convenu. La journée s'annonce belle, le Mistral maintient un ciel bleu et il n'est pas froid. Le village s'anime et profite du beau temps. Mais vers 16h40 une explosion terrible, ressentie jusqu'à Marseille, paralyse d'effroi le village. Puis c'est l'affolement: "La Poudrerie vient de sauter".

L'explosion a eu lieu au bâtiment 104, là où on fabrique la tolite. Justement là aussi où un appareil ne fonctionnait pas trop bien. Cela avait été signalé plus d'une fois à la direction mais sans suite. Un immense nuage jaune assombrit le ciel et une drôle d'odeur s'échappe. C'est la ruée vers l'usine. Une deuxième explosion épouvantable retentit.

Du bois, des lambeaux de toutes sortes retombent sur le village: 53 morts et 200 blessés environ. Quelques uns mourront des suites de leurs blessures dans les années suivantes. Presque toutes les familles ont été touchées par ce drame. Mon oncle et parrain Louis Chiron est mort dans cette explosion. Le garde l'avait changé de quart avec mon père.

Soixante ans après, dans les familles le souvenir est toujours vivant. Voilà j'habite avenue des 53 victimes de l'explosion du 16 novembre 1936.

GISELO.

Li Ferràgi Andrieu 9

 

Léu, me dison Bertrand, Bertrand Andriéu. Moun escais-noum es RABINA

Siéu nascu à Sant-Chamas,dins lou quartié dóu Pertus, aquéu quartié mounte li gènt dóu port an li ped dins l'aigo quouro plòu e que boufo lou levantas.Es dins aquéu quartié que li proumié pescaire que restavon sus lou coulet dóu Baus an davala pèr èstre mai proche de l'estang.

Aro reste li Ferràgi n'i'a que dison lou Ferrage ou la Ferrage, n'i'a que meton qu'un R en liogo de dous, pèr iéu ai toustèms apela aquéu quartié li Ferràgi emé dous R e un S à la fin (en Francés bèn entendu).

Es un quartié basti dóu tèms de la guerro de quaranto pèr li militàri, pièi aquésti loujamen soun esta trasfourma en loujamen de founcioun pèr lou persounau de la Poudriero. Aro la majouro partido d'aquéu quartié es esta demouli pèr basti d'oustau nòu e dos escolo.

Uno carriero travesso aquéu quartié l'an apela darnieramen la carriero di Ferràgi.

Es dins aquelo carriero qu'abite.Coume a pas d'antecedènt glourious, pense que l'an apela Ferràgi pèr-ço que quauque manescau ferraire devié agué soun oubradou dins lou cantoun. Vous parlarai simplamen de sis abitant, e coume sian cinq aurai lèu acaba. Es uno carriero forço tourtuouso ‘mé dous reviroun à nounanto degrat, a au mens tres cènt metre de loungour e sian que cinq oustalado à l'abita.Es pas que sian de gros prouprietàri noun es tout bounamen l'escolo que n'en óucupo uno grando partido.

A la debuto d'aquelo carriero à man gaucho i'a lou terren de jo dóu licèu Reinié Seyssaud. Reinié Seyssaud es aquéu pintre de Sant-Chamas que sus uno telo de vint centimètre au carrat ié metié tres kilò de pinturo. Si tablèu soun forço carivend vuei.

Sus la drecho se trouvo li dos proumièris abitacioun, e sian adeja au proumié reviroun. Dóu proumié reviroun au segound es lou brusc, mai pas lou brusc emé d'abiho. Es mai tout simplamen uno gardarié pèr li pichounet que si gènt travaion tóuti dous.

 

Au segound reviroun, à man drecho, es aqui que reste, moun pourtau se trobo meme dins lou recouide.

Ai coume vesino dos mounjo....

Es de bòni vesino, mai chanjon souvent, lou papo li fai forço barruleja,despièi quatre ou cinq an qu'an louga l'oustau n'ai vist passa sèt tóuti de bràvi femo. En face d'éli i'a un centre medicau sicoulougi,aquéli doutour que te fan parla e que te dison jamai rèn, mai parai que n'en fau pèr aquéli qu'an agu de malur e que parton un pau dóu cabucèu. Se dis que li remeton sus la draio.

Gaire après se trobo uno escolo de danso. Tóuti li vèspre e meme l'après-dina la musico vounvounejo pèr faire dansa touto aquelo jouvènço.

Un pau mai liuen sus la drecho, se trobo lou darnier oustau,es un ami à iéu, avèn travaia à la Poudriero ensèn. Après, la carriero es touto drecho sus au mens cent metre. D'un coustat es la court de recreacioun dóu licèu e de l'autre i'a uno grando muruaio ‘mé quatre ou cinq oustau darrié mai que dounon pas sus la carriero.

Aro sabès tout, ai pu rèn de vous dire.

On m'appelle Bertrand, Bertrand André. Mon surnom est Rabinat.

Je suis né à Saint Chamas, dans le quartier du Pertuis, ce quartier où les habitants du Port ont les pieds dans l'eau quand il pleut et où souffle le Levan (vent de la mer). C'est dans ce quartier que les premiers pêcheurs quihabitaient sur la colline du Baou sont descendus pour être plus proches de l'Etang.

Maintenant, j'habite aux Ferrages; certains disent le Ferrage ou la Ferrage, d'autres n'y mettent qu'un seul R, moi, je l'ai toujours appelé le quartier des Ferrages avec deux R et un S à la fin (en français bien entendu).

C'est un quartier qui a été construit pendant la guerre de 1940 pour y loger les militaires. Ces logements ont ensuite été aménagés pour servir de logement de fonction au personnel de la Poudrerie. Maintenant, la majeure partie de ce quartier a été démolie pour batir des logements sociaux et deux écoles. Une rue traverse ce quartier, c'est la rue des Ferrages.

C'est dans cette rue que j'habite. Comme elle n'a pas d'antécédent glorieux, je pense qu'on l'a appelée rue des Ferrages car certainement, en ce temps là, il devait y avoir quelques ateliers de maréchal ferrant. Je vous parlerai simplement de ses habitants, et comme nous ne sommes que cinq, cela sera vite fait. C'est une rue très tortueuse avec deux tournants à 90°. Elle a environ 300 mètres de longueur et il n'y a que cinq habitations, mais l'école en occupe une grande partie.

 

Au début de cette rue, sur la gauche, se trouve le terrain de jeu du Lycée René Seyssaud. René Seyssaud est un peintre de Saint Chamas dont les tableaux surchargés en peinture ont actuellement une grande valeur.

Sur la droite se trouve les deux premières habitations, et nous sommes déjà au premier tournant. Du premier au second virage, c'est la Ruche, mais pas la ruche avec des abeilles. C'est tout simplement une garderie pour très jeunes enfants dont les parents sont tous les deux au travail.

Au second tournant, à droite, c'est mon logement, l'entrée se trouve juste dans le virage.

J'ai comme voisines 2 religieuses. Ce sont de très bonnes voisines, mais le Pape les change souvent de Paroisse. Depuis quatre ou cinq ans qu'elles occupent le logement, j'en ai vu passer sept, toutes de braves femmes. En face de leur logement se trouve un centre médico-psychologique, ce sont des spécialistes qui questionnent beaucoup sans communiquer le résultat de leur conclusion, mais il en faut, surtout pour les dépressifs.

Un peu plus loin se trouve une école de danse. Tous les soirs et même quelque-fois l'après-midi, on entend la musique qui fait danser toute cette jeunesse.

Un peu plus loin sur la droite, se trouve le dernier logement, il appartient à un ami de travail. Après, la rue est toute droite sur cent mètres environ, d'un côté c'est la cour de récréation du Lycée René Seyssaud, de l'autre il y a un grand mur de clôture avec quatre ou cinq maisons derrière qui n'ont pas d'ouverture sur la rue. Maintenant vous savez tout, je n'ai plus rien à vous apprendre.

ANDRIEU

Nosto Damo de la Misericòrdi Ivouno 9

 

Lou pichot oustau monte reste es situa au ped dóu coulet Baus ounte se trobo la capello Nosto Damo de la Misericòrdi es parèis la patrouno di marin. Un pau coume Nosto Damo de la Gàrdi à Marsiho que tambèn es bastido sus un coulet e aparo li marin. Sant-Chamas èro un port d'ounte forço batèu partien vers lis Antiho e li port d'Africo.

Tambèn dins aquelo capello de noumbróusi maqueto èron pendoulado au plafoun .

Soun estado avalido pèr lou tèms e lis enfant. Aquesto capello a tambèn servi de sepóuturo à un chivalié dóu siècle XVI.

Dins un de si recit moussu Lafran escriéu qu'un blasènt esculta dins la pèiro de Calissano se ié trobo. Pauso la questioun " Lou blasènt vèn-ti de la glèiso medievalo lors de sa destrucioun ? "

Alentour de l'autar d'esvotó dóu siècle XIX retrason de sceno de la vido poupulàri de Sant-Chamas.

Lis esvotó soun souvent de placo de maubre gravado e messo dins li liò de roumavage en memòri d'uno gràci de Dieu.

Eici lis esvotó soun de pinturo sus de placo de bos qu'evocon la vido di pescaire,representon souvènti fes de batèu d'auto mar e de chavano. Quàuquis un mai rare soun de temouniage de la vido agricolo o campestro.

Après de roubarié, li que soubravon fuguèron abriga à la clastro.

De cade cousta de la porto d'intrado de courouno d'espino, soun d'ofrendo que li coumuniant d'avant 1914 fasien à la vierge après un camin de crous l'endeman de sa proumiero coumuniuoun bessai se fa encaro quaucaren pèr li coumunioun. Es uno bello capello que bade souvent de ma fenèstro.

La petite maison où j'habite est située au pied du Baou sur lequel se trouve la chapelle Notre-Dame de la Miséricorde, patronne des marins. Un peu comme Notre-Dame de la Garde à Marseille qui est construite sur une petite colline et qui protège les marins. Saint Chamas était un petit port d'où beaucoup de bateaux partaient vers les Antilles et les ports d'Afrique.

Aussi dans cette chapelle de nombreuses maquettes sont pendues au plafond.

Cette chapelle a aussi servi de sépulture à un chevalier du XVIème siècle.

Dans un de ses récits, Mr Lafran écrit que s'y trouve un blason sculpté dans la pierre de Calissanne. Il pose la question suivante: "le blason provient-il de l'église médiévale après sa destruction?"

A côté de l'autel, des ex-voto du XIXème siècle retracent des scènes de la vie populaire de Saint Chamas.

Les ex-voto sont habituellement des plaques de marbre gravées mises dans le lieu de l'accident en mémoire d'une grâce de Dieu.

Ici, les ex-voto sont des peintures sur bois qui évoquent la vie des pêcheurs et qui représentent souvent des bateaux de haute mer et des tempêtes. Quelques-uns plus rares sont des témoignages de la vie agricole ou champêtre.

Après que des vols eurent lieu, ceux qui restaient furent abrités au presbytère.

De chaque côté de la porte d'entrée des couronnes d'épines proviennent d'offrandes que les communiants faisaient, (avant 1914) à la Vierge après un chemin de croix, le lendemain de leur première communion. C'est une belle chapelle que je regarde souvent de ma fenêtre.

 

IVOUNO

Balouard Joliot-Curie (2) Mariso 9

 

Moun oustau es situa Balouard Joliot-Curie, quartié di Ferrage

Aquéu balouard èro autre tèms un pichot camin de terre bourda d'un riéu d'arrousage emé de chasque coustat d'orto e de vigno.

A n’aquèu pichot camin ié disien " lou valat di vigno ".

La Poudriero prenguè de mai en mai d'impourtanço. Lou trasport de la poudro negro pausavo proublemo estènt que li carreto travessavon lou vilage pèr lou soul passage poussible de la goulo.

Se rendien au port pèr lou cargamen di batèu.

Pèr desenclava lou Pertus an decida de traça un itineràri pèr li carreto carrejant la poudro à l'embarcadou.

Li depost de poudro negro estènt Porto Boisgelin cargavon li carreto que prenien l'itineràri seguènt : Porto Boisgelin-Routo de Miramas-Camin di Poudro -Routo dóu Guebi, lou barcarès mounte se troubavon li batèu à carga. Vaqui coume lou camin " lou valat de vigno " es devengu " Camin di Poudro ".

Lou camin di Poudro travesso lou quartié di Ferrage que prèn pau à cha pau de l'espandimen emé la coustrucioun de loujamen militàri que devenguèron li loujamen pèr li famiho di poudrié.

L'urbanisacioun dóu quartié a fa que lou camin di poudro devenguè trop estré pèr lou passage di veituro e camioun.

Adounc an curbi lou riéu,an alargi Iou camin, l'an enquitrana e uno nouvello carriero es nascudo lou Balouard Joliot-Curie.

Irèno e Frederi Joliot-Curie, Fisician francés, soun lis autour de noumbróusi recerco en fesi nucleàri.

An prouva l'eisistènci dóu neutron e descurbi la radiouativeta artificialo pèr acò òutenguèron lou pres Nobel de Chimìo en milo-nòu-cent-trento-cinq.

 

Ma maison est située Boulevard Joliot-Curie, quartier des Ferrages.

Ce boulevard était autrefois un petit chemin de terre bordé d'un ruisseau d'arrosage avec de chaque côté des jardins et des vignes.

A cette époque ce petit chemin s'appelait "le ruisseau des vignes".

La Poudrerie prenant de plus en plus d'importance, le transport de la poudre noire posait un problème étant donné que les charrettes traversaient le village par le seul passage possible de la Goule. Elles se rendaient au Port pour le chargement des bateaux.

Pour désenclaver le Pertuis, on a décidé de tracer un itinéraire pour les charrettes transportant la poudre à l'embarcadère.

Le dépôt de poudre noire était Porte Boisgelin où l'on chargeait les charrettes qui devaient suivre l'itinéraire suivant: Porte de Boisgelin - Route de Miramas - Chemin des Poudres - Route du Guéby - l'embarcadère où se trouvaient les bateaux à charger. Voilà comment le chemin "le ruisseau des vignes" est devenu " Chemin des Poudres".

Le chemin des Poudres traverse le quartier des Ferrages qui prend peu à peu de l'extension avec la construction de logements militaires, lesquels deviendront les logements pour les familles des poudriers.

L'urbanisation du quartier a fait que le chemin des poudres devint trop étroit pour le passage des voitures et des camions.

Alors on a couvert le ruisseau, élargi et goudronné le chemin. Une nouvelle voie vient de naître le "Boulevard Joliot-Curie".

Irène et Frédéric Joliot-Curie, physiciens français, sont les auteurs de nombreuses recherches en physique nucléaires.

Ils démontrent l'existence du neutron et découvre la radioactivité artificielle, ce qui leur vaut le prix Nobel de Chimie en 1935.

MARISO.

Carriero Hoche Danielo 9

 

Moun oustau, es coume uno isclo, enviróuta de la carriero d'Arle (estra dóu plan geoumétri de Sant Chamas de 1815, la coumençanço di noum di carriero dato dóu 10 de febrié 1833) atualo carriero de la Foundarié e de la carriero Hoche duberto de-vers 1870, après l'avalancado dóu Baus en 1863 e la coustrucioun dóu porto-aigo dóu plan.

Lou vilage èro mau desservi pèr la routo estrecho que travessavo lou Dela.

Se dèu à Napouléoun III souto lou segond empèri, la creacioun de la carriero qu'aboutis au sifoun e is arcado. L'oustau situa entre aquèu de Buisceda e de Pontois es coupa. Lis oustau Rovelotti encoumbron lou passage e la carriero Hoche a soulamen 4 metre de larg.

Es la municipalita "Marcèu Gautier" que fara lis obro après 1926. Rovelotti croumpo lis oustau que soun coupado e li remounto.

L'escolo atualo "misto Gabriel Péri"

(resistent fusiha pèr lis aleman)

es dins aquelo carriero e dato de 1880.

I'ai fa ma proumiero rintrado escoulàri, lou proumié d'óutobre 1949dins lou cous preparatòri de damisello Giordano devengudo damo Olivier.

Ai aigu 6 an lou 7 d'óutobre 1949. Aquelo annado erian 51 chatouno dins la classo 'mé Maryse Lafran (damo Lemaire) e Jousiano Barnéoud (damo Fontana) que soun devengudo mestresso coume iéu.

Li fiho e li drole èron separa pèr uno muraio de pèiro auto de 2 metre. Li platano semblavon enormo e nous proucuravon uno oumbro agradivo pèr la fèsto dis escolo au mes de juliet.

Mariso s'es destinado à l'escolo meirenalo mai Jousiano e iéu, sian revengudo dins nosto escolo primàri pèr i'ensigna fin qu'à nosto retirado.

Moun fiéu Dàvi es esta lou proumié escoulan marca pèr la direitouro Madamo Delmas qu'a remplaça madamo Paget.

Tóuti li tres avèn festeja pèr la retirado, dins la cantino de l'escolo "Gabriel Péri" en jun 1998.

De la fenèstro de ma classo vesièu moun oustau, de la fenèstro de moun oustau vese toujour ma classo e moun escolo. Ai pas besoun de regarda la mostro pèr saupre aquélis ouro : 8 vo 11 oro e miejo, 1 vo 4 ouro e miejo de l'après-dina.

Ma carriero viéu au ritme dis enfant

Ma maison est comme une île, entourée de la rue d'Arles (extraits du plan géométrique de St Chamas de 1815, l'origine des noms des rues date du 10 février 1833) actuelle rue de la Fonderie et de la rue Hoche ouverte vers 1870, après l'éboulement du Baou en 1863 et la construction de l'aqueduc du plan.

Le village était mal desservi par la route étroite qui traversait le Delà.

On doit à Napoléon III, sous le second Empire, la création de la route qui aboutit au siphon et aux arcades. La maison sise entre celle de Buisceda et de Pontois est coupée. Les maisons Rovelotti encombrent le passage et la rue Hoche n'a que 4mètres de large.

C'est la municipalité Marceau Gautier qui effectuera les travaux en 1926. Rovelotti achète les maisons coupées et les restaure.

Le groupe scolaire "Mixte Gabriel Péri"

(resistant fusillé par les Allemands)

qui se trouve dans cette rue date de 1880.

J'y ai fait ma première rentrée scolaite le 1er Octobre 1949 dans le cours préparatoire de Melle Giordano, devenue Mme Olivier.

J'ai eu 6 ans le 7 octobre 1949. Cette année là, nous étions 51 filles dans la classe dont Maryse Lafran (Mme Lemaire) et Josiane Barnéoud (Mme Fontana) qui sont devenues institutrices comme moi.

Les filles et les garçons étaient séparés par un mur de pierres de 2m de haut. Les platanes paraissaient énormes et nous procuraient une ombre agréable pour la fête des écoles en juillet.

Maryse s'est destinée à l'école maternelle mais Josiane et moi, nous sommes revenues dans notre école primaire pour y enseigner jusqu'à notre retraite. Quand Mme Paget a cédé la place de directrice à Mme Delmas, mon fils David a été le premier enfant inscrit au CP.

Toutes les trois, nous avons fêté notre départ à la retraite dans la cantine de l'école Gabriel Péri en juin 1998.

De la fenêtre de ma classe, je voyais ma maison et de la fenêtre de ma maison, je vois toujours ma classe et mon école. Je n'ai pas besoin de regarder la montre pour savoir s'il est 8h30, 11h30, 13h30 ou 16h30.

Ma rue vit au rythme des enfants.

DANIELO

 

Campagno l'americano Felipe 9

 

 

Sièu pas Sant Chamassen despièi long-tèms. Mai quouro, emé ma mouié, sian arriba dins lou rode, avèn cerca un oustau : emé de vièii pèiro, qu’èro à la campagno e au nord de la mar de Berro. En esplourant lou rode à l’entour de Selon, sian toumba subre aquéu poulit vilage injustamen mau-couneigu (mai, anen pas se lagna) se coumparan sa renoumado à-n-aquesto de Miramas-lou-vièi, Pelisanne vo Grans.

 

Noste oustau es dins la valèio de la Touloubro sus la routo de Cournihoun, aquelo que se debano souto lou viadu dóu camin de ferre. Es agrafa à la colo que treploumbo la ribièro, un pau mai après lou pountet de la Rouqueto (segound pont rouman de Sant Chamas) e es davans la colo pré-istourico dóu Verdoun.

Moun oustau es fa entiéramen emé de pèiro de Rougno e dèu soun noum à soun proumié prouprietàri qu’espourtavo de caiau is Americo.

 

Amourous d’aquesto bastido, esperan, en la reviéudant emé tout noste cor, ié faire ounour e tambèn à sis ancian prouprietàri. De prouprietàri counèisse soulamen li chatouno Riquetti e moussu Soma qu’èro mèstre d’oustau dins li paquebot.

Je ne suis pas à Saint Chamas depuis très longtemps. Mais lorsqu’avec ma femme nous sommes arrivés dans la région nous avons cherché une maison en vieilles pierres à la campagne au nord de l’étang de Berre. En prospectant dans la région autour de Salon, nous avons découvert ce joli petit village injustement méconnu (mais va-t-on s’en plaindre) si on compare sa réputation à celle de Miramas le vieux, Pelissane ou Grans.

Notre maison se trouve dans la vallée de la Touloubre sur la route de Cornillon, celle qui passe sous le Viaduc du PLM. Elle est située sur les flancs de la colline qui surplombe la rivière, un peu plus loin que le Pont de la Roquette (second pont romain de Saint Chamas) et en face du collet du Verdon.

C’est une vieille bâtisse toute en pierre de Rognes qui doit son nom m’a-t-on dit au fait que son premier propriétaire était un marchand de pierre qui exportait ses cailloux vers les Amériques.

Amoureux de cette bâtisse nous espérons en la restaurant avec tout notre cœur lui faire honneur ainsi qu’à ses anciens propriétaires. Seuls me sont connus jusqu’à présent les demoiselles Riquetti et Mr Soma qui était maître d’hôtel sur les paquebots.

FELIP.

Apiejas sus li cariero

 

Sant Chamas aro 9

  

Sant Chamas aièr 9